Un Don Quichotte à Madagascar

Entretien des aménagements de deux parcs malgaches
Antsanika cherche à valoriser l'écotourisme dans deux parcs nationaux (personnel, matériel d'entretien, de restauration et d'aménagement). Avec un objectif plus large : servir d'exemple au gouvernement pour les autres parcs...

Sensibilisation
France entière
844

3 photos
Le + du projet : soutenir une association qui se bat

Madagascar, royaume de l'endémie. L'île est parfois appelée "le pays de la mégadiversité", c'est tout dire...
Pour l'UNESCO, elle est une des priorités mondiales en terme de conservation de la biodiversité. Le gouvernement de l'île en a pris conscience et a mis en place une gestion organisée de ses parcs naturels. Mais il reste beaucoup à faire, notamment pour faciliter l'écotourisme, facteur de préservation.

Sur la côte ouest, le parc national des Tsingy de Bemaraha abrite des curiosités naturelles spectaculaires. De gigantesques lames calcaires effilées s'étendent à perte de vue, séparées par de profondes crevasses où la lumière se perd dans une multitude de passages souterrains. Ce paysage minéral aux flammes de pierre peuplées d'agiles lémuriens, les malgaches l'ont nommé "Tsingy", de l'expression "Mitsigitsingina" (à répeter dix fois sans se tromper) : "marcher sur la pointe des pieds". Globe trotter, explorateur ou naturaliste, on ne peut qu'être ému par ce spectacle fascinant, ce milieu quasi inexploré, ce véritable laboratoire grandeur nature...

Encore faut-il avoir la chance d'y pénétrer. A Madagascar, on manque de moyens pour valoriser ces richesses à leur (infinie mais) juste valeur. Pour faciliter l'écotourisme, Antsika souhaite doter ce parc, ainsi que la réserve de l'Ankarana, située plus au nord, en matériel d'aménagement et d'entretien (restaurer des ponts, etc.) et en moyens humains.
Il pourrait s'agir d'une goutte d'eau dans l'océan... mais l'association a une (riche) idée derrière la tête : servir d'exemple pour inciter les autorités à adopter cette approche pour les 48 autres parcs naturels du pays.

L'association Antsika s'est créée sur l'initiative d'un ex consultant en écotourisme pour plusieurs parcs naturels, un homme qui aime Madagascar, qui y a vécu longtemps, et qui souhaitait apporter sa pierre à la valorisation d'une fabuleuse réserve naturelle. Don Quichotte se battait contre les moulins, lui se bat pour la biodiversité malgache...








2010
: Antsika
Rapporteur : François Lemarchand
Financement : 4000 €
Lien :