Stop à la pêche à la tortue !

Réduction de l'impact de la pêche au Congo
La Fondation poursuit son soutien à l'association qui cherche à modifier techniques et outils de pêche pour éviter les captures accidentelles, et qui incite les pêcheurs à lui confier les tortues prises dans leurs filets.

Sensibilisation
France entière
1941

4 photos
Le + : une association engagée sur le terrain et réputée sur le plan scientifique

Avec ses 170 km de littoral, le Congo accueille chaque année d'importantes populations de tortues marines qui viennent y nidifier, entre septembre et avril. Il constitue notamment un des sites les plus fréquentés dans le monde par les tortues luth, une tortue marine parmi les plus menacées. Cependant, la pêche constitue un réel danger pour les tortues, qui se prennent accidentellement dans les filets.

L'idée poursuivie par Renatura Congo est d'inciter les pêcheurs à prendre soin des tortues et à lui rapporter les individus capturés par accident. Elle fournit au pêcheur de quoi réparer son filet s'il relâche la tortue en sa présence.
Renatura a déjà sauvé plus de 9 000 tortues depuis 2005, date de début du projet. Mais l'association va plus loin et mène des recherches pour mettre au point des filets qui éviteraient ces incidents. La majorité des prises accidentelles se situant dans le village de la Pointe Indienne, l'association a choisi d'y mener son étude.

Renatura est née en 2001. Un relais a été créé en 2005 en République du Congo, sous le nom de Renatura Congo, qui travaille à la sauvegarde de la biodiversité locale, et en particulier sur l'étude et la conservation des tortues marines. Ses actions de sensibilisation des enfants dans les villages côtiers contribuent à faire évoluer les mentalités.

2011
: Rénatura Congo
Rapporteur : Sébastien Moncorps
Financement : 10000 €
Lien : www.renatura.asso.eu.org