Mon école passe au vert

« Mon école passe au vert » propose aux élèves de cycle 3 de la ville de Pau de s’impliquer dans une véritable démarche éco-citoyenne, bâti dans une dynamique concertée, afin d’impliquer au mieux les élèves, acteurs de leur découverte, avec leurs enseignants.

Éducation
Pyrénées-Atlantiques /Aquitaine
3023

6 photos

Il s’agit d’accompagner les élèves dans la mise en œuvre d’un plan d’actions concret à partir des enjeux environnementaux diagnostiqués au sein de l’école.

Ecocène intervient en classe tout au long de la mise en œuvre de ce projet afin de transmettre et d'approfondir les différents aspects scientifiques et techniques liés à une problématique environnementale qui sert de fil directeur au projet. Pour rendre ce projet participatif, original et innovant répondant aux enjeux actuels, 6 thématiques de travail sont proposées, au choix des classes et de l’enseignant : eau, énergie, déchet, biodiversité, alimentation et éco-mobilité. Ainsi, ce projet vise à proposer des actions éducatives en adéquation avec les attentes des enseignants et les problématiques locales. Cette année scolaire 2012-2013, sur les 7 classes paloises inscrites au départ, 6 classes ont pu démarrer le projet : 3 classes sur le thème de l’ « eau » et 3 classes sur le thème de la « biodiversité ». Ci-dessous, une présentation de ces projets « biodiversité » :

Chaque projet « biodiversité » est personnalisé en fonction des caractéristiques propres de l'établissement et par rapport à l'enquête menée par les élèves. Le cadre méthodologique, proposé en classe, est le suivant :
* phase d'immersion : diagnostic et enquête thématique,
* phase de mise en œuvre : animations, approfondissement, expérimentations et mise en place d'un plan d'actions et de communication au sein de l'école,
* phase de restitution : réalisation d'un outil de valorisation libre et exposition commune à toutes les classes en fin d'année.
 
Présentation de ces 3 projets « biodiversité » palois : contexte et mise en œuvre

·         Ecole Maréchal Bosquet

Le contexte de cette école est un peu différent des deux autres puisque cette dernière se situe au cœur de ville. De fait, sa situation très urbaine a donné le déclic  aux enseignants de travailler et de développer le thème de la biodiversité, au sein de cette école qui en est quasi dépourvu. Par contre, à proximité de cette dernière se situe un des plus grands parcs publics palois : le parc Beaumont, souvent considéré comme le « poumon vert » du centre ville palois (environ 12 ha).

Actuellement, nous travaillons à la mise en place d’un jardin d’observation : plantations, praires fleuries, hôtel à insectes, autres abris et refuges pour  cette faune urbaine que nous étudions. Ce jardin est pour nous un véritable support d’études de la faune dans et à proximité de l’école. Suite à ce projet, nous effectuerons un inventaire et nous réaliserons un suivi des populations dans les années à venir à partir de fiches d’observation, tel un carnet de route (date, lieu, type, observation, caractéristiques, ….etc.), réalisées par les élèves. Cette étude sert de base à l’identification et à la classification de la faune répertoriée afin de  connaitre davantage leurs milieux et modes de vies, et participer à l’amélioration de l’agencement du jardin de l’école.

·         Ecole Jean Sarrailh

Le contexte de cette école a amené tout naturellement les enseignants à travailler sur le thème de la « biodiversité ». En effet, sur ce quartier Dufau-Tourasse, une réelle réflexion à l’échelle du quartier est menée autour de la gestion des espaces verts publics et collectifs. Grâce aux associations locales, de nombreux projets ont vu le jour tels que : des inventaires participatifs, des réunions de concertation avec les habitants du quartier pour mieux les impliquer et les sensibiliser, des balades végétales... un projet largement encouragé par la commune qui incite également les techniciens à mettre en place des techniques alternatives, à laisser certains terre-pleins centraux en « prairies fleuries »... Ce projet  « biodiversité à l’école» s’intègre ainsi directement dans un projet plus global en faveur du « retour à la nature en ville » à l’échelle du quartier. Nous réalisons un suivi du travail effectué l’année dernière autour des plantations et jardins fleuris des différentes cours de récréation. Cette année nous nous concentrons sur  l’installation d’abris à insectes : abeilles, perce-oreilles, coccinelles…etc. et mise en place d’un observatoire de la faune présente : quels habitats pour quelles espèces ?

·         Ecole Marancy

 

Cette école est particulièrement intéressante dans l’étude de la biodiversité car elle se situe le long d’une coulée verte qui traverse la ville d’Est en Ouest et qui représente un espace largement investi par les familles du quartier (aires de jeux, zones de repos, pique-nique, espaces en fauchage tardif), un endroit que les enfants connaissent et s’approprient très facilement ; comme un terrain d’expérimentation à grande échelle. En outre, l’école fait partie d’un quartier appelé « Berlioz » où sont en projet plusieurs jardins de grandes envergures et à vocations diverses : jardin d’insertion, jardin familial, jardin d’observation, jardin ouvrier… Autant de lieux d’observations et d’études qui nous sont utiles pour mener à bien notre projet au sein de l’école. Nous réalisons tout un travail sur la litière du sol et la diversité de la faune que cette dernière abrite. Un recensement faunistique qui nous sert de base pour mieux faire connaissance avec les « p’tites bêtes » du sol. En parallèle, nous réalisons un reportage photo, au fil des saisons, sur les différentes espèces végétales présentes dans et autour de l’école : bouleau, tulipier, tilleul, conifère, platane, chêne pédonculé, mimosa, haie de laurier et de thuya, … Un support d’études grandeur nature pour travailler le cycle des végétaux, les reconnaitre et effectuer leur recensement. Actuellement, nous travaillons à la mise en place d’une zone en friche, type « jardin fleuris », pour mieux observer la biodiversité spontanée, par opposition à celle implantée en abondance par l’homme au sein de l’école (feuillus, conifères, haies…).

A la fin de l’année scolaire, une exposition viendra ponctuer ces différents projets représentant, pour chacune des classes, les principales étapes de cette démarche : diagnostic, animations, actions mises en œuvre au sein de l’école, perspectives …
 Bilan de l'action

Bilan de l'action

© Écocène
télécharger
2013
: ECOCÈNE
Rapporteur : François Lenormand
Financement : 750 €
Lien : www.ecocene.fr
Projet coup de main