Les abeilles solitaires...Ces grandes inconnues !

Tout le monde peut aider les abeilles ! Même sur un balcon ! L'association propose de faire découvrir au grand public, ces abeilles solitaires qui participent pour une grande part à la pollinisation. Elles permettent comme leur cousines, les abeilles domestiques à la sauvegarde de la biodiversité.

Sensibilisation
Haute-Garonne /Midi-Pyrénées
2816

7 photos
Dans la grande famille des abeilles (1000 espèces en France), seule Apis Melliféra a un comportement social (40 000 individus dans une ruche). Les bourdons forment eux des micro-sociétés de 300 individus nichant dans le sol.

La grande majorité des abeilles sont solitaires. Ce sont des insectes de taille, de pilosité, de couleur et de forme très variées. Elles nichent pour la plupart dans le sol ou dans des trous divers. Chaque femelle fabrique son propre nid, elle approvisionne les cellules en pollen et dépose un œuf dans chacune d'elles avant de mourir. Elle choisit même le sexe de ses petits !

Ces abeilles solitaires, mal connues, participent grandement à la pollinisation des plantes à fleurs (à hauteur de plus de 50 %).
Elles qui sont plus nombreuses que les melliféras meurent comme elles, sous l'effet des pesticides. Elles subissent elles aussi, la pression du bétonnage, le manque de nourriture, la prédation du frelon asiatique... Mais on en entend beaucoup moins parler car l'intérêt économique est moins prégnant et moins visible ! Leur déclin met en danger les écosystèmes.

Ces petites abeilles nous ont touché et nous avons de cesse de les observer, d'apprendre sur leurs mœurs. Nous commençons à connaitre les grandes espèces présentes sur les jardins, leur date d'apparition et c'est un vrai plaisir ! Dans la grande famille des abeilles (1000 espèces en France), seule Apis Melliféra a un comportement social (40 000 individus dans une ruche).

Les bourdons forment eux des micro-sociétés de 300 individus nichant dans le sol. La grande majorité des abeilles sont solitaires. Ce sont des insectes de taille, de pilosité, de couleur et de forme très variées. Elles nichent pour la plupart dans le sol ou dans des trous divers. Chaque femelle fabrique son propre nid, elle approvisionne les cellules en pollen et dépose un œuf dans chacune d'elles avant de mourir. Elle choisit même le sexe de ses petits !

Ces abeilles solitaires, mal connues, participent grandement à la pollinisation des plantes à fleurs (à hauteur de plus de 50 %). Elles qui sont plus nombreuses que les melliféras meurent comme elles, sous l'effet des pesticides. Elles subissent elles aussi, la pression du bétonnage, le manque de nourriture, la prédation du frelon asiatique... Mais on en entend beaucoup moins parler car l'intérêt économique est moins prégnant et moins visible ! Leur déclin met en danger les écosystèmes.

Ces petites abeilles nous ont touché et nous avons de cesse de les observer, d'apprendre sur leurs mœurs. Nous commençons à connaitre les grandes espèces présentes sur les jardins, leur date d'apparition et c'est un vrai plaisir !