Laissons vivre la forêt !

Pour la première fois en France, forestiers, associations de protection de la nature et l’État ont signé un plan qui projette, à terme, de mettre 10 % des forêts Rhône-alpines en évolution naturelle. Pourquoi une telle décision ?

Sensibilisation
Ain /Ardèche /Drôme /Isère /Loire /Rhône /Savoi...
3032

5 photos
La forêt gérée perd une part de sa biodiversité et notamment celle liée aux phases vieillies et d'écroulement (voir colloque « Bois mort et à cavités » sur le site, ainsi que le colloque « Naturalité »).

Pour la première fois en France, forestiers, associations de protection de la nature et l'Etat ont signé un plan qui projette, à terme, de mettre 10 % des forêts Rhônalpines en évolution naturelle (voir site http://refora.online.fr/ : rubrique « FRENE »). Pourquoi une telle décision ? La forêt gérée perd une part de sa biodiversité et notamment celle liée aux phases vieillies et d'écroulement (voir colloque « Bois mort et à cavités » sur le site, ainsi que le colloque « Naturalité »). Le but de ce projet est donc de permettre à cette biodiversité de s'exprimer pleinement et de former des îlots riches comme réservoirs d'espèces. S'agit-il de l'évolution climatique, l'observation de la libre évolution peut apporter des modèles. Enfin, il est connu que les forêts captent du CO2 très longtemps et le stockent dans leur sol : ces forêts sont des puits de carbone.

Le REFORA, dont le conseil d’administration regroupe tous les signataires, s’occupe de l’ensemble du projet (cartographie des données, recherche de protocole de base pour caractériser les peuplements intégrés au réseau, mise au point de
compensations « morales » pour les propriétaires privés, etc). L’Office National des Forêts, gestionnaire des forêts publiques, participe activement au projet en proposant des îlots de sénescence aux propriétaires publics (communes principalement).

L’action du REFORA s’oriente donc plus vers le privé (75 % de la forêt de Rhône-Alpes) où les contacts sont plus longs à établir : la forêt privée est très morcelée, et ne dispose pas d’un gestionnaire unique.

Deux grands principes régissent le réseau :
- Le propriétaire reste le seul à décider s’il souhaite ou non intégrer une partie de sa forêt au réseau. Le projet n’a pas de vocation réglementaire.
- Toute forêt, quelles que soient ses caractéristiques, peut être intégrée au réseau (sauf forêts à rôle de protection nécessitant des travaux sylvicoles importants). On porte une attention toute particulière aux forêts anciennes et matures, mais aucun critère n’est discriminant.

Enfin, les nombreux partenaires du REFORA s’impliquent de façon diverses dans ce réseau : inventaires de vieilles forêts, mise en contact avec les propriétaires, achats de forêts pour la mise en évolution naturelle, etc. Le REFORA a aussi pour rôle de coordonner toutes ces actions.

(Plus d'info sur :  http://refora.online.fr/ : rubrique « FRENE »).