Des pisciculteurs impliqués

Protection des étangs-clés de la Brenne
Dans l'Indre, la Réserve de Chérine continue son partenariat avec des pisciculteurs propriétaires d'étangs stratégiques pour la reproduction d'espèces menacées : au programme, sensibilisation et actions de gestion et de restauration.

Protection
Indre /Centre
1087

2 photos
Le + : poursuivre notre soutien à ce projet original

La Brenne (dans l'Indre) est un territoire marécageuse aux frontières du Berry. Des moines auraient eu l'idée, au XIIe siècle, de créer de longs chapelets d'étangs pour cultiver ces terres infertiles. D'où l'aspect frappant du paysage actuel... Cette zone humide est aujourd'hui d'importance internationale pour la reproduction des oiseaux d'eau. Après plus de 20 ans d'études, la réserve, la LPO et le WWF ont mis en évidence un réseau d'étangs essentiels pour la conservation d'espèces très menacées ou remarquables (butor étoilé, guifette moustac, grèbe à cou noir). Ces étangs sont caractérisés par une végétation devenue rare, à cause de l'intensification de la pisciculture et de la multiplication des ragondins. Mais les pisciculteurs propriétaires de ces sites stratégiques en ignoraient l'importance et manquent de moyens, notamment de subventions, pour les préserver.

Pour enrayer la détérioration des étangs, et dans le cadre d'un partenariat entre naturalistes et pisciculteurs, la réserve a entrepris de sensibiliser les propriétaires et de tester des mesures de gestion et de restauration chez certains pisciculteurs. La Fondation, déjà présente à ses côtés en 2009, lui renouvelle son soutien en 2010.

La Réserve naturelle de Chérine est située au sein du Parc naturel régional de la Brenne et dans la zone Natura 2000 Grande Brenne. Elle couvre une superficie de 145 hectares.  Sa vocation initiale était ornithologique. Elle se compose d’un ensemble très varié d’étangs, de prairies, de bois, de landes et de fourrés, l’essentiel des milieux caractéristiques de la Brenne.